AMPCR

Le 8ème Congrès National de la Route

Le 8ème Congrès National de la Route
A ProposComité d'organisationThèmesRecommandations

L’Association Marocaine Permanente des Congrès de la Route a pour objet :

· De regrouper en son sein tous les professionnels de la route ainsi que les personnes physiques ou morales intéressées directement ou indirectement par les activités routières en vue de promouvoir une concertation,visant l’intérêt professionnel ;

· D’apporter un conseil organisé et soutenu par tous ses membres à toutes les œuvres d’intérêt général concernant le génie routier et les activités routières en général ;

· De promouvoir les échanges entre les maîtres d’œuvre, les professionnels de l’industrie routière, les opérateurs des activités routières, les universités et les écoles d’ingénieurs et, d’une manière générale, les échanges entre spécialistes ;

· De centraliser la documentation sur les sujets se rapportant à la route et de favoriser la publication des travaux la concernant ;

· De favoriser les actions visant l’amélioration du niveau professionnel de ses membres et l’organisation de cycles scientifiques et techniques dans ce domaine ;

· D’encourager les recherches scientifiques et techniques dans ce domaine ;

· D’organiser toutes les manifestations susceptibles de servir ces objectifs, et en particulier d’organiser, au moins, tous les 4 ans un congrès national, pour faire le point sur la technique routière et dégager les recommandations pour la recherche et l’économie routière à plaider auprès des autorités compétentes et à promouvoir avec leur total soutien durant la période séparant deux congrès nationaux ;

· De promouvoir une coopération régionale et internationale dans le domaine avec des associations similaires, des experts et des professionnels.

L’Association Marocaine Permanente des Congrès de la Route (AMPCR) tiendra son 8ème congrès national de la route à MICHLIFEN HOTEL & SPA à Ifrane les 3 et 4 juin 2010 sous le thème :

Grands trafics routiers et structuration de l’espace

Cette importante manifestation est organisée avec la participation de la DR, CFR, ADM, LPEE, AMR, FMCI, AMGEC, APC, ONDA, DGCL et SAMIR.

HICHAM N’HAMMOUCHA Président
MOHAMED HIMMI Secrétariat
MOHAMED AFECHKAR Secrétariat
AHMED OUADGHIRI Secrétariat
ABDELELHAKIM JAKANI Commission scientifique
ABDELAZIZ DAHBI Commission scientifique
ABDELHAMID JANATI IDRISSI Commission   financement et sponsoring
HAJ FAHIM Commission communication
KHADIJA KANDER Commission communication
ABDELKADER BEN ABDELOUAHED Commission hébergement et logistique
ABDELILAH MHDIA Commission hébergement et logistique
HASSAN EL BARI Commission hébergement et logistique
ABDELMAJID TOUZANI Commission exposition
LAHCEN AYAD Commission exposition

 

thème 1 : Aspects économiques et mobilité

thème 2 :  Exploitation et gestion des grands trafics

thème 3 : Techniques innovantes et développement durable

thème 4 : Ponts et tunnels routiers

table ronde : Quelle intégration de l’infrastructure pour une meilleure mobilité?

Recommandations pour le Thème 1

  • Elaborer un plan sectoriel routier pour accompagner la dynamique des grands chantiers et les différents plans de développement engagés par le Gouvernent dans le cadre d’une vision à long terme ;
  • Augmenter le budget alloué à la maintenance et l’adaptation du réseau routier à travers le développement l’ingénierie financière ;
  • Développer d’avantage l’approche de regroupements des opérations du PNRR2 en aménagements progressifs pour sécuriser l’objectif d’achèvement de ce programme en 2012 ;
  • Continuer l’action d’évaluation de l’impact socio-économique du PNRR2 et assurer une large dissémination des résultats ;
  • Poursuivre la réflexion sur une nouvelle approche de maintenance par le développement de partenariats public-privé ;
  • Institutionnaliser le rôle de la région pour pérenniser le réseau routier à vocation locale.

Recommandations pour le Thème 2

  • Activer la mise en œuvre de la circulaire de la DR du 30/05/08 fixant les standards à appliquer pour la signalisation routière et les équipements de sécurité en accompagnement du nouveau code de la route ;
  • Instaurer l’auscultation systématique de la signalisation routière en vue d’ une meilleure évaluation du gap à combler pour atteindre les standards fixés par la circulaire précitée ;
  • Réaliser les études de signalisation et d’équipements de sécurité le long des axes stratégiques structurant régionaux visant le respect des standards ainsi fixés
  • Poursuivre l’élaboration et la mise en œuvre des programmes intégrés de maintenance et d aménagements de sécurité selon la logique d’itinéraires
  • Elaborer et mettre en œuvre un plan national de maintenance routière fixant des objectifs précis et des indicateurs mesurables d’évaluation.
  • Approfondir les réflexions pour une meilleure prise en compte des changements climatiques dans les différentes phases d’un projet routier.
  • Proscrire la technique des graves non traitées au niveau des zones à risque d’inondations en les remplaçant par les techniques a base de liants hydrauliques.
  • Actualiser l’instruction interministérielle sur la signalisation routière en tenant compte des exigences du nouveau code de la route, des nouveaux standards internationaux en la matière selon la convention de Viennes actualisée et de la nouvelle configuration de la circulation routière au Maroc.

Recommandations pour le Thème 3

  • Introduire dans les évaluations des offres, relatives aux nouvelles techniques, le gain environnemental et écologique chiffré pour une meilleure incitation a la préservation de l environnement ;
  • Introduire la vérification vis-à-vis du gel/dégel pour le dimensionnement des structures de chaussées au niveau des zones qui connaissent des températures très basses notamment au moyen et haut Atlas ;
  • Compléter la documentation technique par l’intégration des spécifications relatives aux techniques innovantes ;
  • Entamer un travail normatif associant la Direction des Routes, les entreprises nationales et les laboratoires pour les enrobés a basse température ;
  • Réactiver l’action de refonte des CPC des travaux routiers pour tenir compte des impératifs du développement durable, de l’évolution du trafic, des changements climatiques et de l’innovation ;
  • Procéder à la refonte de la Directive sur les enrobés à chaud ;
  • Instaurer le système d accréditation nationale des laboratoires pour accompagner la modernisation et le développement du réseau routie.

Recommandations pour le Thème 4 

  • Assurer une meilleure intégration des ouvrages dans leurs environnements ;
  • Systématiser l’utilisation des méthodes statistiques pour le calcul hydrologique en se basant sur les données hydrométriques et pluviométriques existantes en tenant compte des nouveaux changements climatiques ;
  • Inciter les maîtres d’ouvrages et les BET a réaliser des études hydrauliques approfondies en se basant sur la modélisation des écoulements en présence des ouvrages ;
  • Intégrer les études morphologiques des lits des oueds dans l’étude des ouvrages ;
  • Systématiser la protection des remblais d’accès et des sections routières longeant des oueds ;
  • Inviter les maîtres d’ouvrages et les BET à proposer et concevoir des structures d’ouvrages innovantes.

Recommandations pour la table ronde

EN URBAIN

  • Sauvegarder les fonctions des infrastructures existantes ;
  • Généraliser les PDU aux villes d’une population supérieure à 200.000 hab ;
  • Mettre en œuvre les résultats des PDU ;
  • Les déplacements des piétons sont prioritaires (+50%) ;
  • Hiérarchiser la voirie urbaine (VRU, voirie primaire, Contournements, pénétrantes, voiries de distribution et de quartiers, etc) et édicter des cahiers de charges pour leur exploitation et maitriser les accès et l’urbanisation avoisinante
  • Mettre en place des AOT ;
  • Tendre vers l’automatisation de la gestion du trafic ;
  • Meilleure gestion des travaux sous circulation ;
  • Assurer une meilleure accessibilité aux quartiers défavorisés ;
  • Mettre en place les outils de recueil de trafic ;
  • Innover pour le financement de la mise à niveau de l’infrastructure urbaine (intersections, pénétrantes, contournements, aménagement de capacité, équipements, stationnement) ;

EN RASE CAMPAGNE :

  • Préserver les fonctions de transit (pour les voies expresses et les RN), les fonctions d’accessibilité pour les pénétrantes et les fonctions de fluidité pour les intersections à travers des dispositions juridiques (droit d’accès à réguler) dans les documents d’urbanisme ;
  • Partenariat Etat- Villes/CL : édicter des cahiers de charges d’exploitation des infrastructures réalisées en partenariat (cahier de charges des infrastructures, intersections, accès, stationnement, équipements, circulation piétonne, stationnement, etc..) et œuvrer pour les introduire dans le doc d’urbanisme ;
  • Prêter plus d’attention à l’étude des docs d’urbanisme par les services du MET ;
  • Tendre vers des études d’impact des grands projets d’investissements sur la circulation et l’infrastructure d’une manière générale ;
  • Tout projet d’investissement doit prendre en charge ses besoins en stationnement sans évacuer ses besoins sur l’infrastructure existante ;
  • Définir des schémas d’aménagement type des agglomérations rurales traversées ;
  • Repenser l’urbanisation le grands axes routiers ;
  • Accessibilité rurale : la gestion et l’entretien des routes rurales est à assurer pour préserver les gains réalisés en mobilité rurale ;
  • Instaurer un nouveau système de gestion et de mesure du trafic ;
  • Des recommandations relatives pour améliorer la fluidité et la mobilité de la circulation et augmenter de l’usage de l’espace :
    • Hiérarchiser le réseau des voies ;
    • Maîtriser les vitesses ;
    • Sécuriser les grandes voies urbaines ;
    • Créer des zones à faibles vitesse à 20 ou 30 Km/h ;
    • Requalification des entrées de ville en leur donnant un caractère plus urbai ;
    • Assurer la sécurité des usagers vulnérables : piétons et cyclistes ;
    • Sécuriser le trajet scolaire sur un rayon de 1,5 Km autour de l’école ;
    • Prendre en considération les personnes à mobilité réduite dans la planification de l’organisation et l’aménagement de l’espace ;
    • Sécuriser le transport de marchandises en identifiant notamment les situations de risques ;
    • Organiser le stationnement ;
    • Concilier sécurité, urbanisme et déplacement.